Dans le sillage des Jonques.

Les eaux de la baie d’Halong, classées site du Patrimoine mondial par l’UNESCO, ont perdu la couleur turquoise qui avait fait leur renommée, victimes d’une pollution croissante qui menace l’éco-système et hypothèque l’avenir de la première destination touristique du Vietnam.

COMP3742-min-min

port de pêche d’Haiphong Vietnam

Des conséquences radicales.

Les eaux de la baie rendues mondialement célèbres par les milliers d’îlots présents, et en particulier la zone de l’île de Cat Ba qui abrite un Parc national marin, sont envahies par les sédiments, les métaux lourds et les rejets d’eaux usées qui mettent en danger la vie marine », affirme l’Institut d’océanologie d’Haiphong.
Les récifs de coraux sont en train de mourir. Les phoques, les dauphins, les tortues marines, et même les oiseaux, tous ces animaux qui peuplaient la baie sont de plus en plus rares ».
Le premier responsable de cette pollution c’est l’exploitation du charbon. Le développement de l’exploitation du charbon aux abords de la baie d’Halong a entraîné en dix ans le rejet de  tonnes de terres polluées, évacuées dans la mer par les rivières qui traversent les zones minières. Cette zone est aussi fortement contaminée par du plomb et du pétrole lié à l’activité du port pétrolier B2, situé au sud de la baie d’Halong« Les eaux de la baie d’Halong sont aujourd’hui chargées de sulfate de fer, de zinc, de cuivre ».
Les récifs de coraux sont également victimes de la pêche à la dynamite pratiquée par les pêcheurs de Cat Ba, leur destruction bouleverse l’ensemble de l’écosystème. Les poissons deviennent rares, ce qui entraîne un appauvrissement des populations de pêcheurs des îles de la baie.
« Le eaux usées de l’agglomération d’Haiphong, peuplée de 2 millions d’habitants, ne subissent aucun traitement et sont aussi rejetées dans la baie ».
Le tourisme a également joué un rôle important dans la pollution de la région, selon les estimations de l’institut océanographique, les centaines de bateaux qui transportent les visiteurs venus admirer les célèbres formations rocheuses qui émergent dans la baie, déversent chaque jour environ deux tonnes d’huile de moteur en mer.

Quelle est la position de l’Unesco et du gouvernement vietnamien face à ses enjeux ?

La baie d’Halong a été classée « vestige historique et culturel » et « site de paysage national » en 1962.  Ultérieurement classé « site spécial de paysage national » en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel amendée en 2009, le site est la propriété du gouvernement provincial.  Il est protégé convenablement grâce à un certain nombre de lois provinciales et nationales qui sont pertinentes, ainsi que par des décrets gouvernementaux, dont voici quelques exemples : la loi sur le patrimoine culturel, la loi en matière de biodiversité, la loi du tourisme, la loi sur la protection de l’environnement,  la loi des pêches et la loi du transport maritime.  En vertu de ces lois, toute action proposée au sein du site pouvant avoir un impact significatif sur ses valeurs doit faire l’objet d’une autorisation officielle de la part du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, ainsi que d’autres ministères compétents.
A long-terme, la gestion du site se concentrera sur les points suivants : l’assurance de l’intégrité du paysage, des valeurs géologiques et géomorphologiques, ainsi que la protection de l’environnement, le renforcement des dispositions législatives, la surveillance attentive des activités socioéconomiques dans la baie d’Halong, l’augmentation de l’usage de la technologie aux fins de gestion du patrimoine, le lancement de recherches afin de mieux comprendre les valeurs du site; l’amélioration de la formation du personnel et une meilleure sensibilisation et implication des membres de la communauté

Polémiques : existe t-il une instrumentalisation du patrimoine mondial ?

En bien des cas, la notion de « patrimoine culturel mondial » a été détournée de son but officiel, et a été utilisée comme un outil touristique, ou comme instrument pour servir des intérêts politiques et économiques. L’« unescoïsation » conséquence paradoxale de la protection accordée par l’Unesco est l’intense mise en tourisme du lieu, au détriment de son authenticité. Et cette mise en tourisme s’accompagne d’une sorte de mise en scène de traditions idéalisées qui ne correspondent pas toujours à la réalité historique ; certains éléments de ce passé sont gommés, comme par exemple les épisodes de la guerre du Vietnam. « La sélection du patrimoine par l’Unesco contribue à gommer certaines réalités historiques, en redéfinissant notamment la présence coloniale française dans la ville comme une « fusion de traditions culturelles », oubliant en cela les mécanismes de domination politique et économique du joug colonial. On retrouve aussi ce principe sur le site d’Angkor au Cambodge, qui occulte l’époque du génocide khmer par les Khmers Rouges.
Il y a une tension entre l’idée d’« identité » et l’idée de diversité culturelle, entre l’idée d’universalisme et celle de multiculturalisme. La convention du patrimoine immatériel affirme que le patrimoine immatériel procure aux communautés « un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle», or ces deux éléments (sentiment d’identité et respect de la diversité culturelle) ne vont pas forcément de pair, au contraire, ils peuvent paraître opposés. Ainsi, à l’heure où le tourisme devient un phénomène mondial massif, les notions apparemment apolitiques et consensuelles de « patrimoine mondial » et de « patrimoine immatériel » peuvent poser question et sont l’objet d’enjeux éminemment politiques et d’implications économiques d’une importance capitale pour l’image et la place des Etats sur la scène internationale.

En conclusion : un constat amer

Si des mesures ne sont pas prises pour enrayer la pollution de la baie d’Halong en diminuant les rejets, l’industrie de la pêche et le tourisme en subiront rapidement les conséquences, avertissent les experts de l’Institut d’océanologie.
Sur l’île de Cat Ba, les propriétaires des dizaines d’hôtels (construits au cours des cinq dernières années) guettent chaque jour les touristes sur la jetée du port, à l’arrivée des bateaux, pour tenter de remplir leurs établissement qui tournent au ralenti.  « Les affaires sont difficiles », indique le propriétaire du plus grand hôtel de l’île, « nous souffrons de la crise asiatique, et la pollution commence également à faire fuir nos clients ». Quand aux pêcheurs de la Baie d’Halong, une reconversion professionnelle obligatoire s’impose pour des raisons de survie. Reconversion dans le transport et dans l’animation touristique qui engendre la disparition de tout un savoir faire ancestrale (techniques de pêche) au détriment des chantiers navals.

Publicités